Archipel : Horizon Multiple

Concert dans le cadre du festival Genevois ARCHIPEL

DORIAN ROSSEL mise en scène
JONATHAN O’HEAR création lumière
SOLISTES DE L’ENSEMBLE VIDE

LE PROJET

Ce concert convoque texte et musique dans ce qui peut s’apparenter à une déambulation. Travail sur la mémoire, sur le rêve et sur notre enracinement dans le présent, promenade sans but particulier, les moments musicaux et parlés s’enchaînent. Une histoire qui prend forme avec des sons et des mots. Imaginé à partir des lectures de Virginia Woolf, le projet développe des liens entre les récits pour créer un horizon pluriel.

LA SCÈNE – LA MUSIQUE

Six musiciens occupent l’espace. Ils restent visibles pendant la durée du spectacle. Ils se déplacent peut-être et jouent/chantent chacun deux pièces. Les compositions entretiennent toutes des liens avec la fragilité : d’une grammaire des rêves de Kahia Saariaho, au temps suspendu de la musique de Carol Robinson ou aux fragments de mélodies composées par Rebecca Saunders. D’une mémoire « dans les airs » chez Olga Neuwirth, au sentiment d’être constamment ailleurs que là où l’on est, dans des mots mis en musique par Denis Schuler.

LA SCÈNE – LE TEXTE

Un acteur comme septième protagoniste. Présent également tout au long du concert, le récitant lit les didascalies écrites par Virginia Woolf dans Les Vagues : descriptions de la mer et de la nature, le texte décrit la trajectoire du soleil, du lever au coucher, en rythmant la journée. Là où la musique exprime le temps qui passe, sa description poétique le rend palpable.

LE SUJET

Le projet Horizon pluriel est issu d’une réflexion menée à partir de lectures de l’auteure anglaise Virginia Woolf : « L’horloge sonnait. Les cercles de plomb se dissolvaient dans l’air. » Ces deux phrases ouvrent Mrs Dalloway, un roman dont la durée fictionnelle est de vingt-quatre heures : le temps passe et il est aussi malléable que du plomb disparaissant dans l’atmosphère ; préfiguration de temporalités multiples où les souvenirs se mêlent à l’actualité. Et dans Les vagues : « Le soleil s’était enfin couché. Le ciel et la mer se confondaient. Les vagues déferlantes étalaient sur la rive leurs larges éventails, faisaient pénétrer de blanches ombres dans les profondeurs sonores des cavernes, puis reculaient en chantant sur le gravier. ». Début de la neuvième didascalie – chacune décrivant tout au long du livre un moment dans la course du soleil – et qui nous invite à une exploration d’un état des choses à un instant donné, dans un rapport intime au temps qui passe. Une expression poétique de notre rapport à la vie et notre confrontation à la mort.

L’ENSEMBLE

Sept solistes, un metteur en scène et un créateur lumière qui collaborent depuis 2011 aux projets de l’Ensemble Vide. Ils contribuent à la création de concerts envisagés comme une composition unique et qui s’appréhende comme un tout.


PROCESSION : Une nouvelle série de huit spectacles, performances et concerts
Acte social, religieux ou politique, la procession réunit et met en mouvement. Promenade méditative, exultation carnavalesque ou expression d’une résistance, elle fait voir et fait entendre, rend visible et sensible. Un jeu de représentations et d’expressions corporelles qui trouve son rythme à travers la musique : mélodies répétées ou fragmentaires, harmonies et pulsations se combinent dans l’espace industriel pour créer une architecture aussi éphémère que subtile.


Date


Vendredi 31 mars 2017 - 22h30

Lieu


Fonderie de l’Usine Kugler, rue de la Truite 1205 Genève

Artistes invités


François James violon
Wendy Ghysels violon
Jonathan O’Hear mise en lumière
Cristiana Presutti soprano
Carol Robinson clarinette et birbyne
Dorian Rossel mise en espace
Boubacar Samb récitant
Gyslaine Waelchli soprano
Valentine Collet hautbois

Programme


Olga Neuwirth
…ad auras… In memoriam H (1999), pour 2 violons

Carol Robinson
Œuvre à déterminer, pour hautbois et clarinette

Kaija Saariaho
From the Grammar of Dreams (1988), pour 2 sopranos
Textes : Sylvia Plath, extraits de The Bell Jar (1963) et Paralytic (1965)

Rebecca Saunders
to and fro (2010), pour hautbois et violon

Denis Schuler
Perpetual sense of being out (2010), pour 2 sopranos
Textes : Virginia Woolf, extraits de Mrs Dalloway (1925)

Mathias Velati
Histoires du bout du monde en scrutant l’horizon, 2014 (extraits), lecture

Virginia Woolf
Mrs Dalloway, 1925 (extraits), lecture

EQUIPE DE PRODUCTION


Denis Schuler direction artistique et production
Béatrice Zawodnik collaboration artistique
Petra Krausz collaboration artistique et gestion de projets
Karima Habbes communication
Morgane Frémaux assistante de production

© ensemblevide