L’Ensemble Cappella Mediterranea a été créé en 2005 par Leonardo García Alarcón, avec l’objectif de revenir aux sources des idéaux esthétiques des grands musiciens du sud de l’Europe. Réuni par une rare complicité autour de son directeur artistique, l’ensemble se donne trois défis : réorienter l’approche de la musique baroque latine, en s’appuyant sur les récentes découvertes musicologiques de la rhétorique italienne, codifier les paramètres baroques encore vivants dans les musiques populaires du sud de l’Europe et enfin redessiner le parcours sud/nord, typique de tous les arts, depuis la renaissance jusqu’au baroque. L’ensemble Cappella Mediterranea explore les trois principaux genres musicaux du début du XVIIème siècle que sont le madrigal, le motet polyphonique et l’opéra, trois domaines d’expression qui ont, en quelques années, constitué un langage musical d’une richesse exceptionnelle. L’approche originale de l’ensemble, et la qualité de son interprétation, lui ont valu l’enthousiasme et la reconnaissance de la presse internationale.
En 2007, Cappella Mediterranea est invitée par le Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay pour la production du programme Peter Philips. Ils se sont produits lors du Festival d’Ambronay et ont réalisé un enregistrement dans l’abbaye pour le label Ambronay éditions, distribué par Harmonia Mundi France, qui a obtenu le Prix de l’Académie du Disque Lyrique. Le CD Barbara Strozzi "Virtuosissima Cantatrice” a été acclamé par la critique et a reçu de nombreux prix tels que le ffff Telerama, Choc de Classica, Supersonic de Pizzicato, M de Mezzo. Il a également été finaliste aux MIDEM Classical Awards 2010 dans la catégorie "Musique Baroque". En 2009, quatre programmes ont été produits par l’ensemble : Le troisième Livre de madrigaux de Sigismondo d’India, Dido and Aeneas de Henry Purcell, L’Incoronazione di Poppea et un projet novateur entre baroque et tango avec Monteverdi-Piazzolla, créé au festival d’Ambronay. La saison 2010 continue avec des nouvelles productions, en collaboration avec le Chœur de Chambre de Namur, dont Leonardo García Alarcón est devenu en mars 2010 directeur artistique. Au programme Giovanni Giorgi, splendeur de la polyphonie romaine, et Il Diluvio Universale de Michelangelo Falvetti et une grande tournée Monteverdi-Piazzolla. Cette année marque aussi l’installation de l’ensemble en France.
En 2011, l’Ensemble Cappella Mediterranea continue ses prestigieuses collaborations en accompagnant la mezzo-soprano Anne Sofie Von Otter à l’abbatiale d’Ambronay, au Wigmore Hall de Londres et au Théâtre des Champs Elysées. Cette collaboration a abouti à l’enregistrement de ce programme avec Anne Sofie Von Otter qui sera disponible en septembre 2012 chez Naïve. Enfin, à l’automne 2011, les spectacles Il Diluvio Universale de Michelangelo Falvetti et Monteverdi Piazzolla ont fait l’objet d’une tournée en France, en Suisse et en Belgique. L’enregistrement de Il Diluvio a été salué par la critique, avec un Diapason Découverte, un **** de Classica, un ffff de Télérama et un Diamant d’Opera Magazine. L’enregistrement du programme Monteverdi Piazzolla sera mis en vente en septembre 2012 chez Ambronay Éditions. Un des projets phares de 2012 sera la création d’une nouvelle pièce de Michelangelo Falvetti, découverte en 2011 et jamais rejouée depuis sa création à Messine en 1683 : Nabucco. En 2013, Cappella Mediterranea sera l’ensemble invité de l’Académie d’Aix en Provence pour créer l’opéra Elena de Cavalli, dirigée par Leonardo García Alarcón.

Considéré comme un des artistes phares de la nouvelle génération de chefs d’orchestre, Leonardo García Alarcón, passionné par la voix et féru de recherches musicologiques, n’a de cesse d’explorer les idéaux esthétiques propres aux musiques baroques latines et de les faire rayonner sur celles du Nord. Né en 1976 à La Plata en Argentine, Leonardo García Alarcón commence ses études de piano à 6 ans et se familiarise avec la pratique de la basse continue, pour s’adonner ensuite au clavecin et à l’orgue. Poursuivant l’étude du piano, il entreprend parallèlement des études de direction d’orchestre à l’Université Nationale de La Plata. En 1997, Leonardo García Alarcón se perfectionne au clavecin au Centre de Musique Ancienne de Genève avec Christiane Jaccottet. Membre de l’ensemble « Elyma » et assistant de Gabriel Garrido, il se produit dans les plus prestigieuses salles européennes. Leonardo García Alarcón est nommé en 2008 « organiste honoraire à vie » des temples d’Anières et de Vésenaz à Genève. En 2005, il fonde son ensemble Cappella Mediterranea. Il s’investit dans la direction d’œuvres qu’il souhaite à nouveau mettre en lumière comme Ulysse, opéra de Guiseppe Zamponi, crée en 2006 avec l’ensemble Clématis ou Il Diluvio Universale de Michelangelo Falvetti, créé en septembre 2010 avec le Chœur de chambre de Namur et l’ensemble Cappella Mediterranea. Depuis 2010 et pour une durée de trois ans, Leonardo García Alarcón est en résidence au Centre culturel de rencontre d’Ambronay et est également directeur artistique et chef principal du Chœur de Chambre de Namur. Leonardo García Alarcón a enregistré de nombreux disques avec les labels Ambronay Éditions et Ricercar qui ont reçus des récompenses prestigieuses. En 2010, Leonardo García Alarcón décide d’installer son ensemble Cappella Mediterranea en région Rhône Alpes et développe parallèlement une étroite collaboration artistique avec Anne Sofie Von Otter, de renommée internationale, qui se concrétise par trois concerts en avril 2011, à Ambronay, Londres et Paris. Cette rencontre se poursuivra avec l’enregistrement d’un disque disponible en septembre 2012 chez Naïve. Il dirige également la production de l’Académie 2011 d’Aix en Provence Acis et Galatée de Haendel et sera le chef invité de l’Académie baroque européenne d’Ambronay en 2012 pour une production consacrée à Rossini. En 2013, aux côtés de Cappella Mediterranea, il dirigera l’Académie d’Aix consacrée à Elena de Cavalli.

Maud Gnidzaz aborde la musique avec la flûte traversière, s’initie au chant au sein d’une maîtrise d’enfants, se forme également au théâtre et à la danse classique, participe à des opéras pour enfants. Diplômée de l’École du Louvre en 2001, elle étudie parallèlement le chant lyrique avec Anne-Marie Blanzat, puis, rapidement attirée par le répertoire baroque, elle intègre le Département de Musique Ancienne du CNR de Paris, dans les classes de Kenneth Weiss, Howard Crook, Michel Laplénie, Jean Tubéry, et Sophie Boulin, avec laquelle elle allie le chant à la gestuelle baroque et à la rhétorique. Après l’obtention de son prix, elle étudie à Amsterdam avec Valérie Guillorit, et actuellement avec Elène Golgevit.
Maud Gnidzaz a chanté au sein de nombreuses formations : A Sei Voci et Bernard Fabre-Garrus, Les Jeunes Solistes de Rachid Safir, Sagittarius avec Michel Laplénie, Bruno Boterf et Ludus Modalis, Jordi Savall et la Capella Reial de Catalunya, La Fenice de Jean Tubéry, Arsys et Pierre Cao, Le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm, Leonardo Garcia Alarcon et La Cappella Mediterranea. Membre des Arts Florissants, l’ensemble de William Christie, elle s’est produite en tant que soliste dans Jonathas de David et Jonathas de Charpentier, le Motet pour une Longue Offrande de Charpentier (enregistré au disque), des Anthems de Purcell, l’Ange de l’Oratorio de Noël de Bach, une fée de Fairy Queen de Purcell, et plusieurs programmes en ensembles de solistes.
Avec Les Arts Florissants sous la direction de Paul Agnew, elle a participé à de nombreux concerts de musique italienne et anglaise, et prend part à partir de 2011 à l’intégrale des Livres de madrigaux de Monteverdi. Elle chante le duo Quam amarum est, Maria, de Legrenzi, dans le disque Lamentazione, sorti en septembre 2011 chez Virgin Classics. Elle fera partie des solistes madrigalistes de Doux Mensonges, ballet de Jiri Kylian à l’Opéra de Paris, à la rentrée 2013. On peut également l’entendre au sein d’ensembles de musique de chambre, notamment cette saison en récital avec Gilbert Bezzina et l’Ensemble Baroque de Nice.
Sa passion pour le répertoire de la cantate et du petit motet l’a conduite à créer en 2011 l’ensemble Daleth.

Diplômé en piano et guitare au Conservatoire National de Musique Carlos López Buchardo en Argentine, Quito Gato a ensuite suivi différents cours de perfectionnement, de direction, de composition, de flûte à bec et de percussion, dans son pays et à Santiago du Chili, Brasilia, Curitiba et Boston. A partir de 1992, il étudie et travaille dans le domaine de la musique ancienne avec des instruments d’époque, comme le luth, la guitare baroque, la vihuela et le théorbe. Il a suivi l’enseignement d’Hopkinson Smith, Dolores Costoyas et Eduardo Egüez. Il s’est produit comme directeur, soliste, ou instrumentiste de différents ensembles dans les principaux théâtres d’Amérique du Sud, des Etats-Unis et de l’Europe. Il a également effectué une vaste tournée en Asie, et a participé à des concerts de musique baroque hispano-américaine en Malaisie, Thailande, Corée du Sud et Israël... _ Il collabore régulièrement avec les ensembles Elyma, The Rare Fruits Council, Cappella Mediterranea, Harmonie Universelle, Academia Montis Regalis et Capilla Real de Madrid. Il a tenu des conferences sur le luth et la basse continue en Argentine, Brésil, Espagne et France. Il a participé à de nombreux enregistrements pour les labels K617, Ambronay Éditions, MA Recordings, Testigo, Musica Ficta, Naxos, Sony,... Il est conseiller éditorial des éditions Ricordi-Americana et GCC Ediciones, en Argentine. En tant que compositeur et arrangeur, il travaille aussi bien pour les milieux publicitaires, cinématographiques que musicaux.

François Joubert-Caillet a étudié la viole de gambe à la Schola Cantorum Basiliensis auprès de Paolo Pandolfo avec lequel il étudie également les improvisations anciennes, ainsi qu’avec Rudolf Lutz. Il a remporté le 1er Prix et le Prix du Public du Concours International de Musique de Chambre de Bruges et donne concerts, récitals et masterclasses en Europe, Asie et Amérique latine.
Il est invité à jouer avec Les Talens Lyriques (Christophe Rousset), Le
Concert d’Astrée (Emmanuelle Haïm), La Fenice (Jean Tubery), la Cappella
Mediterranea et l’Ensemble Clematis (Leonardo Garcia Alarcon), la Chapelle
Rhénane (Benoît Haller) et Paolo Pandolfo, avec lesquels il enregistre
divers CDs pour les labels Ricercar, Ambronay Editions, K617, ZigZag
Territoires, Glossa et Naïve.
Il mène le consort de violes de gambe L’Achéron avec lequel il tente de
rendre vie aux pages oubliées de ce répertoire, avec un souci particulier
pour l’utilisation d’instruments les plus authentiques qu’ils soient et
une volonté d’en exprimer toute la fantaisie, l’éloquence et la
théâtralité. À paraître prochainement : un CD en duo avec Wieland Kuijken,
’Le Nimfe di Rheno’ de Johannes Schenck (été 2013) et ’Hermoza’ (Anthony
Holborne) avec L’Achéron (été 2014) chez Ricercar.

6ix est un ensemble fondé et dirigé par le saxophoniste Urs Leimgruber et le pianiste Jacques Demierre qui consiste en une formation de six musiciens parmi les principaux protagonistes des la scène improvisée européenne : Urs Leimgruber, depuis plusieurs dizaines d’années, a enrichi et étendu le son de saxophone avec des nouvelles techniques de jeu ; au piano, Jacques Demierre a développé un style unique, ne cessant jamais de créer des nouvelles topographies du son, nous faisant oublier le poids physique de l’instrument ; le violoncelliste coréen Okkyung Lee a joué un rôle considérable dans différent projets sur la scène d’avant-garde new-yorkaise, son jeu a révélé une présence musicale puissante et polyvalente ; aux percussions, Roger Turner est un musicien qui défie n’importe quelle catégorisation, un grand batteur britannique, combinaison passionnante de puissance volcanique et de précision tout en finesse ; à la voix et au chant, Dorothea Schürch incorpore une vaste gamme de bruitage et le bruit, tandis que son corps devient le réceptacle d’une performance théâtrale étonnante ; et finalement Thomas Lehn, qui travaille avec les sons électroniques analogues, lui permettent d’obtenir une réponse rapide et toujours inspirante à la structure formelle spécifique de la musique improvisée.
Jacques Demierre (CH), piano. Pianist, performer and composer, his musical and sound work takes various directions : improvised music, contemporary music, sound poetry, sound installation. His compositions and sound realisations are concerned with the activity of listening and with sound space. He collaborates with many improvising musicians, Barre Philips, Urs Leimgruber, Thomas Lehn, Radu Malfatti, Joëlle Léandre, Axel Dörner, Fritz Hauser, Sainkho Namtchylak, Hans Koch, Isabelle Duthoit, Brandon Labelle, Jason Kahn, Butch Morris, Roger Turner, Okkyung Lee, Peter Evans, Carlos Zingaro, Gunter Müller, Jaap Blonk, Barry Guy, Lucas Niggli, Sylvie Courvoisier, Hann Bennink, Rhodri Davis, Paul Lovens, Dorothea Schürch, Phil Minton, Elliott Sharp,.. and works with Vincent Barras in the field of performance and language art.
Okkyung Lee (USA), cello after being in music schools from age of 3 to 25, korean cellist/improviser/composer Okkyung Lee finally found her artistic freedom in new york’s lower east side where she moved in 2000. Since then, she has performed and recorded with numerous artists such as Laurie Anderson, Lotte Anker, Derek Bailey, Kjell Biorgeengen, John Butcher, Chris Corsano, Sylvie Courvoisier, Min Xiao-Fen, Thursten Moore, Ikue Mori, Lawrence D. „Butch Morris“, Jim O’Rourke, Evan Parker, Keith Rowe, Wadada Leo Smith, John Zorn to name a few. She has released her debut album as a leader, Nihm on Tzadik. A duo recording with Christian Marclay, a solo cello album on Etatic Peace, a trio album with Evan Parker and Peter Evans and a duo with Paul Lytton.
Thomas Lehn (D), analogue synthesizer develops as an interpreting and improvising pianist individual forms of expression in the filed of live-electronic music. Since 1989 he concentrats him self to use analogous systemes, which allows him by a direct acces to the single elements of the electronic sound synthesis to react immediatlely in the structur and form process of live music. As a synthesizer player he performs at festivals and during tours in Europa, USA, Canada, Japan, Australia and Newseeland in duos with Gerry Hemingway, Paul Lovens, Eugene Chadbourne, Marcus Schmickler and Frederic Blondy, in Trios with KONK PACK (Roger Turner & Tim Hodgkinson), FUTCH (Jon Rose & Johannes Bauer), TOOT (Phil Minton & Axel Doerner), THERMAL (John Butcher & Andy ’Ex’ Moor), and large ensembles like E- RAX, CORTET, MIMEO.
Urs Leimgruber (CH), saxophone is a key member of the European scene of contemporary improvised music. He specializes in solo concerts and performs regularly with the Trio Leimgruber-Demierre-Phillips and with Quartet Noir (with Marilyn Crispell, Joëlle Léandre, Fritz Hauser) in Europe, Canada, USA, Japan, and Cuba. His countless collaborations have resulted in concerts and recordings with Fred Frith, Steve Lacy, Lauren Newton, Evan Parker, Keith Rowe, Günter Christmann, Sunny Murray, Thomas Lehn, Günter Müller, John Butcher, Axel Dörner, Günter Christmann and many others. He also has been engaged for New Music projects with the Berlin Philharmonic Wind Quintet and the ARTE Saxophone Quartet. During the 1970s, he was the co-founder of the Electricjazz-Freemusic group, OM. 
Dorothea Schürch (CH), voice and singing saw is practising improvisation and performance. She is performing all over europe at the Free Music Workshop in Berlin, Ulrichsberger Kaleidophon, Jazz Festival Willisau, Canaille in Frankfurt, Concepts of Doing Stuttgart, London Jazz Festival, Total Music Meeting Berlin.. Several scholarships at the Migros Kulturprozent Switzerland, at the Academie Schloss Solitude Stuttgart and the City of Zürich. She works as an improviser togehter with Phil Minton, Phil Wachsman, John Butcher, Roger Turner, Tim Hodgkinson, John Russel, Hans Schneider, Paul Lytton, Paul Lovens, Stephan Wittwer.
Roger Turner (GB), percussion. Has been working as an improvising percussionist since the early 1970’s : solo work, collaborations with experimental rock musics & open - form song, extensive work with dance, film and visual artists, workshop formations and the hands-on politics of independent record labels and work situations, plus involvements in numerous jazz-based ensembles have all contributed to this process. Has collaborated with many of the finest european & international musicians from annette peacock to phil minton, cecil taylor to keith rowe ; tours & concerts have been throughout Europe, Australia, Canada, USA, Mexico, China and Japan.