D’origine franco-suisse, Perrine Valli suit une formation riche en technique (Conservatoire National de Lyon, Centre de développement chorégraphique de Toulouse, London Contemporary Dance School) et travaille en tant qu’interprète avec les chorégraphes Estelle Héritier et Cindy Van Acker. En 2005, elle forme sa propre compagnie l’Association Sam-Hester, obtient une résidence de quatre ans au sein du lieu multidisciplinaire Mains d’œuvres et y crée sept pièces. La question de l’identité sexuelle tient une place centrale dans sa recherche, tout comme l’articulation de la relation entre narration et abstraction dans son travail chorégraphique. Ses créations sont présentées sur de nombreuses scènes en Suisse (ADC, Journées de la Danse Contemporaine Suisse, Arsenic, Sevllin 36, Tanzhaus…), France (Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint Denis, Festival Faits d’Hiver, Maison de la Danse de Lyon, Quartz…) Espagne (Mercat de les Flors, Teatro Cicca…), Belgique (Budascoop), Pays-Bas (Melkweg), Allemagne (Tanz im August festival), Russie (TsEKH), Japon (Institut franco-japonais, TPAM, Yokohama Dance Collection…) et en Australie (Melbourne Festival). Elle remporte en 2007 le premier prix du concours international de chorégraphie Masdanza et obtient en 2009 une résidence de recherche CulturesFrance « Villa Médicis Hors les murs » effectuée au Japon. Elle initie en 2011 un projet intitulé “Mini-Mum” qui s’inscrit comme un espace d’expérimentation en collaboration avec d’autres artistes. En 2013, elle reçoit une commande des danseuses Marthe Krummenacher et Tamara Bacci, pour lesquelles elle crée « Laissez moi danser ».

Marthe Krummenacher se forme à l’école de danse de Genève-Ballet Junior sous la direction de Béatriz Consuelo de 1992 à 2000. Après l’obtention de sa maturité fédérale, elle rejoint la troupe de NDT2 Jiri Kylian à la Haye de 2000 à 2003 où elle travaille avec Jiri Kylian, Ohad Naharin, Paul Lightfoot, Hans Van Manen, Johan Inger, Jacopo Godani, Jo Kanamori, entre autres. Les quatre années qui suivent, elle danse dans la troupe de William Forsythe à Francfort jusqu’en 2007 où elle danse des pièces phares du répertoire et participe à la création de We live here, Human Writes, Three atmospheric studies, Heterotopia, Angulo oscuro, le film One flat thing reproduced de Thierry De Mey. Elle décide ensuite de revenir à Genève pour danser en free-lance. Elle travaille avec Noemi Lapzeson, Cindy Van Acker, Foofwa d’Imobilité, Cie Quivala et Crystal Pite (au Canada) ainsi qu’avec Nicole Seiler. En 2010, elle crée le spectacle RA de MA ré en collaboration avec Raphaële Teicher pour le Théâtre de L’Usine à Genève, collaboration qui se poursuit en 2012 avec Pousser les bords du monde. Parallèlement, elle remonte des ballets dans des troupes internationales (Forsythe, Ekman, Walerski), donne des stages d’improvisation, assiste les créations d’Alexander Ekman en Suède et de Medhi Walerski pour le NDT 1 en Hollande et poursuit l’apprentissage du tango et du Buto, art martial japonais.

L’Orchestre Buissonnier est un ensemble de jeunes musiciens de haut niveau, destiné à fournir à ses membres une expérience riche et solide et un tremplin pour révéler leur talent en début de carrière. Fondé à Chêne-Bougeries (Genève) en automne 2005, il s’est développé progressivement pour assumer plusieurs projets ambitieux : un orchestre de chambre, un ensemble baroque, un ensemble vocal ainsi qu’un stage musical pour enfants. Depuis sa fondation, il a déjà plus de 80 concerts à son actif. L’Orchestre buissonnier s’est produit dans différentes salles de concerts, églises et festivals de Suisse Romande et de France, et il participe chaque année à la saison musicale de Chêne. Sa direction artistique est assurée par Vincent Thévenaz, mais il joue aussi régulièrement sous la baguette de jeunes chefs invités.