Antoine Françoise a suivi ses études de piano à Neuchâtel avec Paul Coker ainsi qu’au Royal College of Music de Londres avec Andrew Ball, Yonty Solomon et Ashley Wass. Il a aussi étudie le saxophone avec Laurent Estoppey ainsi que la composition avec Michael Oliva. Il joue maintenant régulièrement en Europe en soliste, musique de chambre et en ensembles ou orchestres. Au terme de ses études, Antoine s’est vu décerner la Tagore Gold Medal, prestigieuse récompense du Royal college of Music pour son dévouement musical. Il enseigne maintenant dans la même école pour le module de master en spécialisation piano contemporain ainsi que pour les classes de direction d’orchestre en temps que répétiteur.
Extrêmement actif dans le milieu de la musique contemporaine et de la musique de chambre, Antoine a joué internationalement avec des chefs tels que Diego Masson, Vladimir Jurowsky, Clement Power, Nicholas Collon ou Pierre-Alain Monot. Pianiste titulaire du NEC (Nouvel Ensemble Contemporain) depuis 2008, il est aussi membre fondateur du Mercury Quartet, quatuor pour violon, violoncelle, clarinette et piano et du Francoise-Green piano duo qui reçoit le premier prix 2011 au concours Nicati à Berne et premier prix du concours Royal Overseas League 2013 à Londres. Il joue aussi très souvent avec le London Contemporary Orchestra, le City of London Sinfonia et a collaboré plusieurs fois avec le London Philarmonic Orchestra, le Philharmonia orchestra, le London Sinfonietta et l’ensemble Contrechamps.
Antoine collabore régulièrement avec des jeunes compositeurs de tous pays et compte maintenant plus d’une centaine de créations à son répertoire. Il a aussi travaillé étroitement aux côtés de compositeurs tels que Rebecca Saunders, Hanspeter Kyburz (dont il joue la création anglaise de son concerto pour piano), Julian Anderson et Eric Gaudibert, qui lui a écrit son dernier concerto pour piano GONG.

Katja Schenker, originaire de Saint Gall, étudie à l’université de Zurich et à l’EHESS de Paris la littérature comparée, l’histoire de l’art et la philosophie et obtient sa licence avant de se tourner vers une carrière artistique. Elle étudie alors à la Hochschule für Gestaltung und Kunst de zurich et obtient de nombreux prix, dont les Swiss Art Awards, trois années consécutives. Elle expose, réalise des installation et des performances dans de multiples galeries, musées et espaces d’exposition, en Suisse, en Europe et dans le monde. Son travail est également édité dans plusieurs catalogues
« Dans son travail artistique, Katja Schenker utilise fréquemment les objets du quotidien comme point de départ, avant de les transformer, les métamorphoser et crée des connexions entre performance et arts visuels. Ses performances, qui engagent une très grande intensité physique, réunissent poésie et humour d’une manière impressionnante et esthétique… Le rythme de l’action est souvent lent et continu, les gestes performés, précis et effectué dans une extrême concentration » (Sibylle Omlin, trad. Ensemble Vide)